Heifel Ben Youssef est un jeune artiste aux multiples talents, né le 23 avril 1987. Producteur, réalisateur, scénariste, photographe et écrivain. Passionné d’art et de cinéma depuis son enfance, il fait d’abord ses études à l’École supérieure des sciences et technologies du Design (Université de la Manouba-ESSTED), ensuite, il se spécialise dans l’écriture et la réalisation à l’École supérieure de l’audiovisuel et du cinéma ESAC (Gammarth-Tunisie).

Heifel Ben Youssef entame une expérience en tant que dialoguiste de la sitcom «Garage lekrik » pour la Télévision Nationale en 2010.

Il a aussi été coscénariste d’une série (animation) intitulée «Barhouma ».

En 2011, il a été le réalisateur d’une émission à Nesma TV au mois de Ramadan de la même année.

En 2012, il a été concepteur et scénariste de la sitcom « EL Icha Fan » et c’était pour la Télévision Nationale.

Une année plus tard, malgré son jeune âge, il a été nommé comme membre de la commission de lecture de la Télévision Nationale et membre dans l’association de la protection des droits d’auteurs.

La série « Hjar Land » dessin animé en 3D qu’il a imaginé et écrit, a obtenu le troisième prix des meilleures œuvres pour enfants au festival de la Télévision Arabe.

Il a également eu des expériences de réalisation dans le cinéma amateur comme

« Gahaf » (doc-fiction) : un projet qui a participé à la compétition officielle du festival FIFAK de Tunis ainsi qu’au festival du film documentaire de Tunis) qui a été censuré par le régime de l’époque.

Il est détenteur d’un studio de photographie professionnelle et artistique, d’ailleurs il a réalisé plusieurs expositions :

– une expo individuelle à Galerie Aykart Bab Laassal sous le titre « une fille, un instrument »

– une exposition à galerie Kalysté La Soukra avec plusieurs sculpteurs et peintres renommées.

– « Jasmin Entre arts et révolution » était le titre de sa exposition à Paris.

– CITROEN Art Days Solidarity

– Exposition de livre Irada au Palais des congrès Tunis.

Les travaux photographiques de Heifel Ben Youssef ont fait la couverture du magazine Jeune Afrique à 3 reprises, il a également travaillé avec l’UNICEF en Lybie et dans le Choucha Refugee Camp.

Il a ainsi travaillé en tant que publicitaire et c’est comme « rédacteur concepteur » chez l’agence internationale MMC DDB (pour de différentes marques telles que : Peugeot, Géant, GAT Assurance, Danino, et Tunisiana), et en tant que Freelancer avec des agences comme Labell (Tijari Bank , Boga , danup) et Tracy communication (Topnet).

En 2014, Heifel Ben Youssef a lancé sa propre boite de production audiovisuelle « IRIS PROD ». Ceci lui a permis de réaliser ses propres projets.

Et depuis, IRIS PROD a réussi à décrocher de nombreux contrats de travail avec de grandes enseignes comme la banque Mondiale, Bbc, Mas Groupe, Chahia, Wifak Banque, Regency Tunis Hotel, Ariston…

En 2015, il a écrit et réalisé le court métrage « Ala Ajlaa » qui a été sélectionné par la suite pour la nuit des court-métrage Tunisien à paris.

Heifel Ben Youssef s’est consacré à un projet de longue date, un projet qui lui tenait à cœur depuis quelques années et dont le sujet est éminemment polémique, en effet, « Weldek Rajel » a donné une vue subjective sur l’immigration illégale, ce film a fait l’avant première à Paris en 2016.

 

2017 fut l’année de « Weldek Rajel » Pour Heifel Ben Youssef, en effet, il a connu un grand succès médiatique et digitale lors des JCC, il a fait 4 complets et une projection non prévue suite à un énorme engouement de la part du public devant la salle, ensuite, de nombreuses projections ont été faites dans toutes les régions de la Tunisie ainsi que dans les prisons.

Il a aussi fait la tournée des grands festivals internationaux en tant que demi-finaliste au festival de Los Angeles «Los Angeles Festival», juste après il a été sélectionné pour la Compétition officielle internationale au Festival du film africain de Luxor, TRT Documentary days Turkey (Panorama), The Short corner festival de cannes, la Compétition officielle internationale au Festival international de Tétouan au Maroc, ensuite « Weldek Rajel » a réussi à remporter le prix FIFOG d’argent lors de la 12ème édition du festival international à Genève.

Dans la même année, il s’est lancé dans la réalisation d’un documentaire pour l’association française « solidarité laïque » qui porte sur la situation actuelle dans le secteur de l’éducation en Tunisie, en mettant les projecteurs sur deux élèves ayant de grandes aspirations, malgré les conditions dans lesquelles ils vivent et grandissent ; des montagnes bondées de djihadistes et des kilomètres à parcourir pour aller à l’école.

Nonobstant, ils conservent tout de même la probité de l’âme et l’espoir d’un demain meilleur.

Heifel Ben Youssef a dévoilé une facette caché de la Tunisie en se focalisant sur le coté rayonnant et jovial de leurs récits avec une piqure de dénonciation d’une infrastructure précaire dont souffre plusieurs régions.

Dans le cade du Salon de Bâtiment 2018, en collaboration avec Mas Groupe, Heifel Ben Youssef a relevé le défi en installant une salle de cinéma et produit 10 films qui parlent du paysage architecturale tunisien en interviewant les pionniers qui ont su abriter toutes les cultures méditerranéennes dans la conception de leurs édifices, ces 10 films ont impacté les connaisseurs et les moins connaisseurs du domaine de l’audiovisuel en rassemblant artistes, réalisateurs, cadreurs, monteurs, sculpteurs, designers, ouvriers et architectes dans la même salle.

 

Les rêves de Heifel Ben Youssef ne connaissent pas de limites, en effet, c’est l’un des fondateurs du « Festival de film maghrébin de Montréal » qui a vu le jour en 2017 afin de faire connaître le cinéma maghrébin et dont la deuxième édition est en cours de préparation.

Maintenant, Heifel Ben Youssef est en train de préparer un nouveau long métrage fiction.

Pour plus d’infos, consulter le lien suivant : www.iris-prod.com